Oracle 10g sous Windows

Partie I : Oracle 10g sous Windows

Chapitre 1 : Pourquoi choisir Oracle 10g sous Windows ?
Ce chapitre revêt une importance stratégique. Il aborde le positionnement de Windows 2000/XP par rapport à leurs grands rivaux Unix et Linux. Il précise les enjeux majeurs lors du choix d’un système d’exploitation. Il vous fournit les arguments pour justifier le choix d’une base Oracle sous Windows auprès de votre direction. De nombreux exemples d’utilisation d’Oracle 10g et d’architectures techniques mises en place y sont présentés.
Chapitre 2 : Les nouveautés d’Oracle 10g
Oracle 10g apporte un grand nombre de nouveautés qui sont présentées et commentées dans presque tous les chapitres de ce livre. Les nouveautés d’Oracle 10g permettent à un administrateur Oracle confirmé de découvrir rapidement les nouveautés et les chapitres qui s’y rapportent.
Chapitre 3 : Comparatif technique Windows/Linux
On peut comparer Windows 2000/XP et Linux durant de longues heures sans obtenir de résultat probant en raison de la constante partialité de jugements. Nous avons choisi pour notre comparaison d’observer différentes étapes que chaque administrateur rencontre en utilisant une base de données. Nous n’évaluons pas les aspects système d’exploitation ou performances, mais les tâches rencontrées au quotidien sur les deux systèmes par un administrateur Oracle 10g.
Chapitre 4 : Environnement Windows : l’indispensable
Nous énumérerons les outils et commandes Windows standard mais aussi d’autres moins courants qui peuvent s’avérer utiles. Nous utilisons ces outils et ces commandes tout au long de ce livre.

Partie II:Principes de fonctionnement d’Oracle 10g

Chapitre 5 : Fonctionnement d’Oracle 10g sous Windows
Ce chapitre constitue une introduction indispensable pour comprendre le fonctionnement d’Oracle sous Windows. Il donne une vision d’ensemble des interactions entre Oracle et Windows. Il précède d’autres chapitres qui décrivent plus précisément à la fois le  fonctionnement d’Oracle et certains liens avec Windows, mais cette présentation générale est une introduction indispensable.
Chapitre 6 : Les clusters Oracle
Ce chapitre fait le point sur les solutions cluster Windows et Oracle existantes. Des solutions cluster Windows arrivent sur un marché jusque là réservé à d’autres systèmes d’exploitation. C’est un domaine nouveau à la fois pour Windows et pour les constructeurs de matériel micro qui devront intégrer cette technologie ou plutôt ces technologies. Car sous le nom de Microsoft Cluster Server (MSCS), Microsoft introduit étape par étape des technologies allant des plus simples aux plus rigides.
Chapitre 7 : Les processus d’Oracle 10g
Ce chapitre est consacré aux processus qui assurent le fonctionnement d’une instance Oracle 10g. Les principaux composants (fichiers, processus et espaces mémoire) sont présentés puis nous entrons dans le détail du fonctionnement interne des processus, pour vous permettre de mieux comprendre le rôle de chacun, son impact sur le fonctionnement d’une instance et les performances des bases Oracle 10g.
Chapitre 8 : L’utilisation de la mémoire par Oracle 10g
Dans tout système informatique, l’utilisation de mémoire est synonyme de performance.
L’accès et l’utilisation des données sont beaucoup plus rapides en mémoire que sur disque.  C’est pourquoi Oracle 10g, utilisant des processus efficaces, a souvent recours à la mémoire  physique des ordinateurs.
Ce chapitre traite des différents types de mémoire présents sous Windows et comment Oracle 10g les utilise. Il est important de bien comprendre ces éléments, car ils  interviennent dans les opérations d’amélioration des performances.
Chapitre 9 : Les fichiers d’une base Oracle 10g
Oracle 10g a spécialisé certains fichiers pour conserver les données, d’autres sont uniquement dédiés au fonctionnement interne de la base ou à son paramétrage. Dans ce chapitre, nous ne nous limitons pas aux fichiers qui composent la base de données et qui doivent être sauvegardés, mais nous abordons aussi les fichiers de paramétrage, trace, log,  etc. Ils sont méconnus mais pourtant d’une grande utilité pour rechercher la source de  problèmes.
Nous décrivons l’architecture OFA (Optimal Flexible Architecture) qui propose une méthode rigoureuse et structurée simplifiant l’administration Oracle.

Chapitre 10 : Démarrer et arrêter une base Oracle 10g
Ce chapitre présente toutes les étapes utiles à la gestion d’une base Oracle 10g : sa création, son ouverture/fermeture et sa suppression. De nombreux cas particuliers sont évoqués et  une démarche progressive révèle les mécanismes internes d’Oracle 10g sous Windows. Nous vous présentons les grandes étapes de la création d’une nouvelle base de données sous  Windows.
Chapitre 11 : Transactions et accès concurrents
Toute base de données a pour objectif de fournir aux utilisateurs un accès simultané aux données. La notion de concurrence d’accès et de verrouillage des données intervient lorsque  plusieurs utilisateurs essaient d’accéder simultanément aux mêmes données.
Le concept de transaction est différent mais il n’en reste pas moins à la base de la gestion des accès concurrents : les données modifiées lui sont réservées jusqu’à sa fin. Comme ces  mécanismes sont assurés par les segments d’annulation, ils sont également abordés dans ce  chapitre.
Chapitre 12 : Le dictionnaire de données Oracle 10g
Le dictionnaire de données Oracle 10g est souvent obscur, même pour de nombreux administrateurs Oracle 10g. Ce chapitre traite à la fois de sa création « minimale », des différents scripts SQL additionnels et des vues qui permettent d’y accéder. Les vues DBA, ALL, USER, V$ sont développées car leur connaissance générale est indispensable à tous les administrateurs Oracle 10g.
En outre, nous fournissons une liste complète de ces vues.
Partie III : Installer et paramétrer Oracle 10g sous Windows
Chapitre 13 : L’installation d’Oracle 10g sous Windows
Oracle 10g est un produit très complet, qui intègre la base de données mais aussi tout un assortiment d’utilitaires et de logiciels. Nous détaillons l’ensemble de ces logiciels, en précisant leur utilisation. Nous installons Oracle 10g et une base initiale utilisée lors des  tests.
Chapitre 14 : Création d’une base Oracle 10g
Le logiciel Database Configuration Assistant (DBCA, écrit en Java) offre une interface graphique conviviale destinée à vous assister lors de la création d’une nouvelle base de données. Si l’interface graphique constitue un plus, la création d’une base demeure  néanmoins complexe.
C’est pourquoi toutes les étapes sont détaillées.
Chapitre 15 : Oracle Net, le middleware Oracle
Ce chapitre explique comment installer, configurer et mettre en œuvre Oracle Net, le middleware de communication Oracle. Des exemples précis sont fournis pour vous seconder pas à pas.

Chapitre 16 : Accéder à Oracle depuis Windows
Ce chapitre constitue la suite logique des précédents : une fois le logiciel Oracle installé et Oracle Net configuré, quelles sont les possibilités d’accès aux bases de données depuis les applications développées en environnement Windows ?
Nous décrivons les accès ODBC, Oracle OLE DB, Oracle Objects for OLE (OO4O), ActiveX Data Objects (ADO), Oracle Call Interface (OCI) ainsi que les nouvelles interfaces .NET : ODBC .NET, Oracle OLE DB .NET, Oracle Data Provider for .NET.

Partie IV : Outils et langages de programmation

Chapitre 17 : Programmer avec PL/SQL
PL/SQL est le langage procédural de troisième génération (L3G), extension du SQL, intelligemment intégré au serveur Oracle 10g. Il permet de manipuler toutes les données Oracle 10g : relationnelles, objet-relationnel, Java. C’est un langage de programmation à la  fois puissant, simple et moderne, destiné à exprimer facilement vos règles de gestion complexes sous forme de procédures et de triggers stockés.
Ce chapitre vous propose une prise en main progressive du PL/SQL, adaptée aux besoins des développeurs. De nombreux exemples sont proposés, les différentes techniques exposées et des règles de bonne programmation établies.
Chapitre 18 : Les outils d’Oracle 10g
Depuis des années, chaque version d’Oracle 10g est livrée avec un ensemble d’outils standards. On retrouve ces outils sur toutes les machines où Oracle 10g est installé. Il est très intéressant de les découvrir car ils sont puissants et performants. Livrés gratuitement avec Oracle 10g, ils rendent l’utilisation de produits complémentaires facultative.
Ce chapitre aborde les outils suivants :
• Export/Import : il s’agit de deux utilitaires qui fonctionnent l’un avec l’autre. Export permet d’exporter la totalité ou une partie du contenu d’une base Oracle 10g, Import autorise l’importation de la partie exportée dans une base de données Oracle 10g.
Export/Import sont principalement utilisés lors de sauvegardes, de réorganisations et de déplacement du contenu d’une base Oracle 10g d’une machine à une autre machine.
La portabilité des fichiers exportés permet, par exemple, à un Export réalisé sur une base Oracle 10g fonctionnant sous Windows 2000/XP d’être importé dans une base Oracle 10g sous Windows et inversement.
• Data Pump Import et Data Pump Export, les nouvelles versions d’Import et Export apparues avec Oracle 10g ;
• SQL*Loader est un utilitaire très puissant qui permet de charger des bases de données Oracle 10g à partir de fichiers contenant les données.

• SQL*Plus est l’interface mode caractère d’accès à Oracle 10g la plus répandue. Cet outil est indispensable à tout développeur ou tout administrateur Oracle 10g, car il représente l’interface SQL privilégiée pour accéder et administrer les bases Oracle 10g.
Chapitre 19 : Pilotes JDBC et SQLJ
Dans les architectures d’applications distribuées les middlewares jouent un rôle fondamental.
Ils servent à l’échange de données entre des applications et des bases de données. Les standards JDBC et SQLJ sont des middlewares destinés aux programmes Java qui  permettent aux applications Java autonomes ou aux applets Java de communiquer avec des bases de données.
Ce chapitre vous explique quand et comment utiliser les pilotes JDBC. D’autre part, nous abordons SQLJ pour exposer comment incorporer facilement des instructions SQL dans du  code Java.
Chapitre 20 : Java et Oracle 10g
Ce chapitre aborde dans le détail les fonctionnalités Java intégrées dans le serveur de base  de données Oracle 10g. Ce n’est donc pas un guide d’apprentissage du langage Java et sa  connaissance est un prérequis à la lecture de ce chapitre.
Oracle 10g fournit une plate forme de déploiement destinée aux applications réseaux  (intranet ou Internet) qui intègre la machine virtuelle Java Oracle JServer dans son serveur de base de données. Elle vient en complément du moteur PL/SQL. Avec Java et Oracle 10g, il devient possible de réaliser simplement des applications par composants sous forme d’Enterprise JavaBeans, d’objets CORBA ou plus simplement de procédures stockées.
Chapitre 21 : XML et Oracle 10g
XML, langage universel pour l’échange de données, est destiné à être utilisé de plus en plus  fréquemment. C’est pourquoi il est important d’y faire référence dans cet ouvrage, d’autant  plus qu’Oracle gère nativement le XML depuis plusieurs versions, avec un spectre technique  de plus en plus large. Ce format de données peut être stocké dans une base et facilite la manipulation des données et la communication entre applications.
Chapitre 22 : Oracle Application Express
Ce chapitre est consacré à la présentation d’un nouveau produit Oracle apparu récemment : Oracle Application Express. Successeur de l’antique WebDB, Oracle Application Express  propose un environnement de développement 100 % accessible depuis un navigateur Internet pour créer des applications Web centrées autour d’une base de données Oracle.

Partie V : Administration d’Oracle 10g

Chapitre 23 : Gestion de l’espace disque et des fichiers
Une base Oracle 10g vous permet de stocker des données, de les modifier, de les supprimer, etc. Toutes ces actions sont conservées dans les fichiers qui composent la base de données. Cependant, comment Oracle 10g gère-t-il l’espace disque qui lui est alloué au cours de toutes ces opérations ? Comment dimensionner la taille d’une base de données ?
Comment contrôler l’évolution des différents constituants et anticiper les problèmes ?
Quels peuvent être ces problèmes ? Ce chapitre répond à toutes ces questions par une approche théorique et pratique : il vous aide à comprendre et agir au cœur de la gestion de l’espace disque de vos bases Oracle 10g.
Chapitre 24 : Stratégie de sécurité sous Windows
Ce chapitre aborde le thème de la sécurité, les différentes techniques pour démarrer/arrêter  une base Oracle 10g et s’y connecter avec ou sans mot de passe. Ces  techniques sont intéressantes car elles permettent de réaliser des scripts de commande, sans  y faire figurer de mot de passe : la sécurité du système n’est pas compromise. Il est  ainsi possible de changer tous les mots de passe sans risque de rendre des scripts  inopérants.
Chapitre 25 : Oracle Enterprise Manager
Oracle Enterprise Manager est un environnement d’administration et de supervision de nouvelle génération, développé d’une manière modulaire et ouverte. Très complet, il permet  d’envisager des tâches complexes avec beaucoup de sérénité. Nous décrivons ses différents composants, leur mise en œuvre et leur utilisation.
Chapitre 26 : La sauvegarde d’une base Oracle 10g
Une base de données contient souvent des informations vitales pour votre société. La mise en place de sauvegardes simples et efficaces est essentielle à votre sécurité et tranquillité d’esprit. C’est la tâche majeure dévolue à tout administrateur Oracle 10g.
Ce chapitre a pour objectif de vous aider à choisir le meilleur système de sauvegarde.
Nous aborderons les différentes techniques de sauvegarde d’une base Oracle 10g, nous évoquerons Enterprise Manager avant de proposer une méthode simple et efficace de scripts  pour automatiser les sauvegardes.
Chapitre 27 : Configurer les disques pour Oracle
Ce chapitre commente un aspect important de votre système : le stockage des données.
Différentes techniques existent sous Microsoft. Sous ces technologies, vous pouvez mettre en œuvre des techniques RAID ou encore Automatic Storage Management (ASM), une nouveauté d’Oracle 10g. Tous ces points sont traités dans le cadre de l’installation d’une base de données, qui présente des contraintes spécifiques.
Chapitre 28 : Optimisation et performances
Comment tirer le meilleur parti d’Oracle 10g sous Windows ? Le sujet est vaste : l’optimisation ou « tuning » consiste à établir le meilleur niveau de performances d’un système en tenant compte de contraintes souvent contradictoires. Notre objectif est de vous  présenter les éléments fondamentaux pour assurer des performances aussi bonnes que  possible.

[sociallocker]Click here to download the PDF file[/sociallocker]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *